À CHACUN SES ZONES SINISTRÉES

À CHACUN SES ZONES SINISTRÉES

3 mai 2011

 

Je suis mal dans ma peau.

Tellement mal.

Je ne veux pas sortir de ma maison, je ne veux pas que les autres voient la créature graisseuse que je suis devenue.

L'été arrive. 

Plus les jours passent et moins j'ai de pelures pour me cacher des regards.

Je ne vais jamais à la plage l'été. Pas à la piscine non plus.

Depuis des années.

 

Je ne peux pas me raisonner. La boulimie a raison de moi.

Je change sans cesse d'antidépresseurs ces temps-ci à cause des effets secondaires: visions troubles, perte de cheveux, envie suicidaires persistantes, sautes d'humeur anormales et tachycardie. (plus de 100bpm)

Bref, mon cerveau est dans tous ses états et moi je suis grosse.

 

GROSSE!!

À ce point-là isshhhhh

J'ai pris des photos.

Choquant.

Pire que dans le miroir.

Et pourtant, je n'arrête pas de m'empiffrer.

Alors, quels émotions inhabituelles aie-je ces temps-ci?

Je me sens nulle. Nulle d'avoir quasi 20 ans. Toujours dans le même pétrin.

Rien de concluant dans les études.

Coupable, parce que le globe est recouvert de personnes mourant de faim, parce qu'il n'ont pas accès à de la nourriture. Et moi? Je mange pour 5-6 personnes par crise de boulimie.

Coupable parce que la balance me renvoie des chiffres très très grands. Énormes. 

Et parce que je ne fais rien. Rien pour occuper mon esprit. 

Plus d'emploi, plus d'école.

Les gens normaux seraient contents. Un congé!

Je déteste ça. 

Bref, j'ai l'air d'une truie, pardon, je SUIS une truie.



03/05/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi